top of page

Ma vie de chef d'entreprise 2/2

J’aurais pu à ce moment précis tout arrêter, et je ne vous cacherais pas que cette option faisait partie intégrante de mes réflexions mais je suis une personne persévérante et ça je l’ai découvert durant cette période. Tant que l’on n’abandonne pas, rien n’est perdu!

J’ai recommencé à travailler après 3 mois de repos et de réflexion. Ma première décision fut d’embaucher Céline, la pétillante rousse que vous adorez voir à la boutique! S’i il y avait trop de boulot pour une seule personne plutôt que de me tuer à la tâche, il y avait donc de la place pour quelqu’un d’autre ! Pourquoi alors n’y avais-je pas pensé avant ?

C’est vrai avec le recul cela peut paraitre stupide pourtant venant de moi cela ne m’étonne pas plus que ça ! Pas que je sois une fille stupide, il est sûre que non. Mais aussi fou que cela puisse paraitre je ne me suis pas sentie chef d’entreprise en montant ma propre marque. Pour moi je n’étais pas entrepreneur, j’inventais mon propre travail. Cette nuance est de taille et mon été 2012 va me permettre de réaliser que mon prisme doit changer, si je veux poursuivre je dois prendre de la hauteur, voir plus loin que le bout de mon aiguille, être stratégique, devenir organisée, anticiper… En bref apprendre à devenir la capitaine de mon navire !

J’ai beaucoup appris de mes erreurs et j’ai transformé mon fonctionnement petit à petit en suivant mon instinct. Il n’y a pas de recette miracle pour créer et faire vivre son entreprise. La vie d'entrepreneur est un long parcours d'apprentissage, un peu comme si on n'avait jamais quitter les bancs de l'école finalement, la note finale de son travail étant sur la réussite ou non de ses collections. Réussir à surmonter ses échecs est bien plus dur à vivre que l'euphorie de la victoire. J'ai pleuré parfois, été en colère souvent, mais j'ai tenu bon contre mon propre découragement. La frontière entre la vie personnelle et le travail est souvent très mince et l'on rentre le soir sans pour autant arriver à laisser les problèmes devant la porte de la maison… Au lieu de se culpabiliser, il faut l'accepter.

C’est un parcours et un choix de vie difficile certes mais avec des contre parties qui constituent aujourd’hui mon équilibre. On ne peut pas adapter sa vie de famille à son entreprise, c’est la famille qui s’adapte à la vie de l’entreprise. J’ai la chance d’être bien entourée et nous avons trouvé un rythme où chacun à sa place, c’est l’essentiel! Je me sens privilégiée, bien que notre société ai encore du mal à comprendre notre mode de vie.

Depuis l’arrivée de Céline fin 2012, l’entreprise n’a eu de cesse de grandir aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. La création du site internet et de notre eshop, l’agrandissement de notre équipe, de notre boutique et de notre atelier. Ce n’est pas le parcours fulgurant d’une start-up à grand coup de communication, c’est plutôt le chemin tranquille d’une entreprise qui tout en continuant son développement cherche à rester proche de ses valeurs et de ses convictions.